+213 (0) 23 56 95 30
Rue des Frères Bouadou Bir Mourad Rais, Alger

Marché des assurances : cap sur La digitalisation

UNEPActualitésMarché des assurances : cap sur La digitalisation
25 juillet 2021

La stratégie des sociétés d’assurance algériennes publiques et privées repose, à moyen et long termes, sur la digitalisation progressive de l’ensemble de leurs processus et pratiques et ce, afin de faciliter la souscription de polices d’assurance par les clients.

Les acteurs du marché des assurances sont engagés dans la démarche de digitalisation, à l’instar des courtiers, des agents généraux et des sociétés d’expertise et de contrôle technique de véhicules. Les institutions, à l’exemple du Conseil national des assurances (CNA), ne sont pas en reste. Le portail algérien des assurances Assural, consultable via www.cna.dz, est une mine d’informations sur les assurances. Il a été mis sur pied depuis déjà deux décennies, mais concrètement et régulièrement remodelé à maintes reprises pour lui donner l’ergonomie et l’attractivité adéquates pour chaque conjoncture. Une Base de données centralisée des statistiques (BDCS), consultables via www.bdcs.dz, développée également par le secrétariat permanent du CNA, permet aussi de meilleures lectures en toute fiabilité des chiffres du marché. Adossée au portail des assurances, cette base de données effective depuis 2015 est entrée dans une seconde phase de développement, à même d’en faire un réel outil parmi ceux considérés comme primordiaux dans le processus d’aide à la décision, avait indiqué en avril dernier, le secrétaire du Conseil, M. Benbouabdellah Abdelhakim, dans un entretien à El Moudjahid. Pour tous ces intervenants sur le marché des assurances, l’utilisation du numérique a débuté bien avant l’apparition de la pandémie de la Covid-19, et la crise sanitaire a montré, si besoin était, toute l’importance que revêt la digitalisation. Cette dernière présente de nombreux avantages, à l’exemple de la possibilité offerte aux clients de procéder à toutes les démarches de la souscription au règlement des sinistres avec, en prime, un confort et une simplicité d’accès à des formules d’assurances proposées par la vingtaine de compagnies activant dans les domaines des assurances de dommages et des assurances de personnes.

Le client n’est plus obligé  de se présenter au guichet

Le client n’est plus obligé de se présenter au guichet des différentes agences d’assurance. Il peut, par un simple clic depuis son ordinateur, tablette ou smartphone disposer du produit de son choix, que ce soit l’assurance pour les dommages, l’assurance contre les effets des catastrophes naturelles (Cat-Nat), la télédéclaration des sinistres, ou alors ce qui a trait aux assurances de personnes, comme par exemple l’assurance santé. On le voit, les assurances ont connu des développements importants dans l’opération de digitalisation qui trouve tout son sens dans ce contexte de pandémie. À titre d’exemple, le président-directeur général de Caarama assurances,
M. Meslouh Ammar, relève que, dans l’objectif d’accompagner les clients en cas de problème de santé, des innovations ont été introduites par la compagnie publique d’assurances de personnes qu’il dirige. Ces dernières s’inscrivent dans le cadre du développement de nouveaux produits d’assurance et sur les process de souscription et de règlement des sinistres, en recherchant le confort du client et la simplicité des formules d’assurances proposées, a-t-il expliqué. Le digital constitue, selon lui, une formidable opportunité à saisir pour atteindre ces objectifs. «Nous offrons, ainsi les services de devis en ligne, l’application mobile, la souscription et la déclaration des sinistres en ligne, le tiers payant et le versement des prestations directement sur les comptes des bénéficiaires», a-t-il expliqué.

Fidélisation des clients

Les autres acteurs du marché du secteur des assurances et les institutions qui y opèrent ont adopté ces outils modernes pour améliorer leur fonctionnement. Le marché national des assurances s’attelle pour améliorer non seulement son chiffre d’affaires mais aussi et surtout pour proposer des produits performants et accessibles sur le Net, au profit des assurés.
Ceci est, ainsi, un moyen d’augmenter le potentiel assurable, car certains citoyens ne désirent pas forcément se déplacer jusqu’aux agences des compagnies pour souscrire des contrats, alors qu’une opportunité plus simple leur est offerte via les nouvelles technologies.
Le respect de la distanciation physique est également garanti, dans le cadre de la prévention contre la propagation de la Covid-19. Il y a donc beaucoup d’avantages. Concernant les assurances, le marketing et la publicité ont aussi des procédures qui sont de plus en plus digitalisées, qui permettent d’atteindre les objectifs visés pour satisfaire des besoins exprimés par les consommateurs. Les sociétés d’assurance peuvent aussi, à travers cet outil, concrétiser l’objectif essentiel qui est d’attirer et de fidéliser des clients. Le marketing a pour but d’organiser l’échange et la communication entre producteurs et acheteurs, afin de positionner l’entreprise au mieux de ses intérêts et d’assurer une rencontre efficiente entre l’offre et la demande. En effet, même au niveau des assurances, notamment sa fonction de distribution, le marketing fait passer les services de l’étape de production à celle de consommation. Il rend les services disponibles et accessibles à la clientèle ciblée et permet, ainsi que la rencontre entre l’offre et la demande via un support qui n’est pas physique mais virtuel.
Des formations sont proposées au niveau
d’instituts spécialisés ou des séminaires sur le thème d’actualité qu’est la digitalisation. Ainsi, Me Djehiche Samira, general manager de Digiskills et formatrice, prévoit, à fin juillet 2021, une intervention virtuelle sur le thème de «la stratégie de gestion des cyber-risques, nouvelle approche de l’assurance» afin d’expliquer la nécessité d’adopter une nouvelle méthode, dans un domaine en pleine mutation, avec des concepts de sécurité révolutionnaire.
Me Djehiche, qui a exercé un poste de responsabilité dans la recherche et développement en charge du digital, au sein d’une compagnie d’assurance, avait de tout temps insisté sur la révolution digitale en considérant que les compagnies doivent saisir leur chance et transformer les contraintes concurrentielles en opportunités. Cette réflexion était faite en 2018, dans un entretien publié par la revue de L’assurance, éditée par le Conseil national des assurances (CNA). Mais, toutes les contraintes peuvent-elles être transformées en opportunités ? Certes, c’est dans cet esprit qu’ont été mises sur pied toutes ces innovations, depuis déjà plusieurs années. Cependant, une compagnie exclusivement digitale peut-elle voir le jour sans aucun support physique, comme cela se passe déjà pour un autre métier des finances, en l’occurrence les banques ? Est-ce que la digitalisation annonce la fin de certains métiers, dans leur pratique classique, à l’instar des courtiers d’assurance : un corps qui peut disparaitre à cause de la digitalisation ? Alors, opportunité ou risque ? La question reste posée.

Ahmed Mesbah / Journaliste / El Moudjahid / 23-07-2021

ALGER Meteo

ALGER Meteo